Accueil ENTRAILLES L’ÉBLOUISSEMENT

L’ÉBLOUISSEMENT

0
0
74
images

Image de prévisualisation YouTube

Marie-Candide et Thérèse sont fâchées, ça fait deux mois et ça ne rigole pas. En septembre, un beau dimanche, elles ont sifflé ensemble la deuxième bouteille de bulles et c’était une mauvaise idée, même pour de fines œnologues comme elles. Sauf si l’on veut économiser en cadeaux de Noël. Marie-Candide est pingre comme l’hiver, alors ça va.

Avant le schisme, toutefois, elle avait délogé l’oursin qui dormait dans sa poche pour réserver deux places au concert de ce soir. Une pour Thérèse et une pour elle. Parce que ce soir, au Foyer Mike Brant de Tripète-les-Varans, il y avait La Dame, celle que Thérèse fit découvrir à Marie-Candide, autrefois, quand celle-là avait tout le temps de la morve au nez, et celle-ci un tourne-disques et des trente-trois tours.

Elles se sont fâchées en septembre et ça s’annonce comme leur mère avec la tante Gigi, autant dire que c’est parti pour durer.

Alors Marie-Candide est allée voir La Dame avec la petite.

La petite a quatorze ans, un appareil dentaire, un iPhone et des baskets. Elle a réussi à truander sa mère l’été dernier, pour se faire poser des écarteurs aux oreilles, mais les tatouages, elle n’ose pas encore. Elle n’avait pas tellement envie d’aller applaudir La Dame, vu qu’elle déclare avoir passé l’âge des fabulettes et qu’elle préfère écouter des bandes de garçons mal coiffés qui braillent en anglais sur de la musique virile. Et puis il y aurait sûrement plein de vieux.

Quand elles se sont assises, elle a dit à sa mère « Tu ne vas pas te mettre à pleurer, hein ? » rappelant à Marie-Candide que rien n’échappe à ces sales mioches, surtout pas les tendances à chialer comme un veau pour un oui pour un non. « Pfff ! » a répondu l’hystérique, bien contente que les lumières soient baissées comme s’élevaient les premiers accords de la première chanson qu’elle connaît évidemment par cœur depuis trente ans, et que de grosses larmes de crocodile montaient à l’assaut de ses paupières outrageusement fardées. La Dame est apparue dans l’ombre, à gauche de la scène, et Marie-Candide a soufflé à sa fille « Regarde ! Elle est là-bas ! » et sa fille, patiente, a chuchoté « j’ai vu ».

Au début, Marie-Candide a eu la trouille, et le cœur serré, parce que La Dame a l’âge qu’aurait son père aujourd’hui, et la mécanique était un peu grippée, au moment d’entamer ce qui serait un marathon pour quiconque se contente de fredonner sous la douche ou dans sa bagnole (activité que l’hystérique goûte peu, lui préférant les sanglots bruyants consécutifs à l’absorption de Côtes-du-Rhône) alors, appelons un chat un chat, à quatre-vingt quatre ans, surtout dans un monde où on est considéré comme un vieux machin dysfonctionnel pour peu qu’on soit une femme qui a dépassé la quarantaine, c’était un peu troublant. Marie-Candide, férue de presse people exhortant au jeunisme, se disait « merde, elle va devoir rester debout plus d’une heure, et chanter, en plus on crève dans cette salle, elle ne tiendra pas dix minutes, surtout avec son costume noir qui emmagasine la chaleur ».

Elle a tenu une heure et demie, sans s’asseoir, sans faiblir, à part quelques confusions dans les paroles des chansons, mais ça, c’est parce qu’elle en a écrit des centaines, et parce que, à tous les coups, elle sentait que l’hystérique était venue pour elle avec sa fille, qu’elle la guettait d’un coin sombre de la salle dans le but de l’estourbir pour la faire monter dans la Clio et Ne résistez pas Madame, on va boire un coup de riesling, ça fait trente ans que j’attends ça.

Elle a tenu la salle une heure et demie, et Marie-Candide a trouvé que punaise, ça passe trop vite une heure et demie quand on est touché par quelque chose de grand, beaucoup plus vite que le concert mythique de Motorhead, il y a quelques années, avec le barbu, quand elle avait fui la foule amassée pour errer sur l’esplanade vide, se sentant triste et étrangère, cheveu effaré sur une soupe en délire.

Elle a tenu la salle qui en redemandait, et la petite a ri parce que La Dame est drôle, et même, elle a pleuré aussi, Marie-Candide n’a pas remarqué, complètement habitée par sa transe religieuse et ses projets d’enlèvement pour la fin du spectacle. C’est en marchant vers la Clio, au retour, sans La Dame, finalement, que la gamine a dit « Quand elle a chanté la chanson du lac Saint Sébastien, ça m’a émue et j’ai eu les larmes aux yeux. C’était bien.»

Thérèse et Marie-Candide sont fâchées. C’est couillon, les sœurs qui se déchirent. Mais Marie-Candide a passé la fin du concert avec sa fille blottie contre elle, et quand La Dame est passée tout près d’elles, en sortant, l’hystérique lui a dit « Madame, je vous aime ». La petite n’a pas entendu, c’est toujours ça d’économisé en psychanalyse.

Image de prévisualisation YouTube

  • Vincent_van_Gogh_-_Les_roulottes,_campement_de_bohémiens

    MARIE-CANDIDE SÉDUIT JOHNNY

      Je suis tombée amoureuse du sosie de Johnny Halliday. C’est officiel, j&rsquo…
  • IMG_0003

    MARIE-CANDIDE CONSEILLERE CONJUGALE

    Chère Andromaque,   Je réponds à ta lettre avec un peu de retard, excuse-moi, j&rsquo…
  • tondeuse

    LA TONDEUSE

    « J’en ai marre d’être avec toi ! » tonitrue monsieur Barbu, excédé d’av…
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par mariecandide
  • Vincent_van_Gogh_-_Les_roulottes,_campement_de_bohémiens

    MARIE-CANDIDE SÉDUIT JOHNNY

      Je suis tombée amoureuse du sosie de Johnny Halliday. C’est officiel, j&rsquo…
  • tondeuse

    LA TONDEUSE

    « J’en ai marre d’être avec toi ! » tonitrue monsieur Barbu, excédé d’av…
  • index

    Berceuse

    Margot, mon enfant, ma chatoune, ma terrible,   Regarde bien cette dame : elle a une coiff…
Charger d'autres écrits dans ENTRAILLES

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ca-Cr…/Glossaire Marie-candidien (en cours d’élaboration)

Camp de redressement : espace clos, planté de miradors et de baraquements sans goût, dans …