Accueil EDUCATION NATIONAÏE BRANLEURS DE PROFS

BRANLEURS DE PROFS

0
0
140
065

Signalement incident

Date : 15/12/2016 Heure : 8h20Professeur : Mme Marie-Candide TULIPE
Nom : El HassadPrénom : BacharClasse : TCACA
Motifs précis : « Coupe pleine »Cela fait plus d’un an que Bachar ne travaille pas, dort sur sa table ou discute avec son voisin.

Si, lors de son arrivée dans la classe, il avait manifesté quelques velléités de se mettre au travail, il a très vite cessé de faire le moindre effort.

Rappeler sans cesse à un élève qu’il doit sortir ses affaires, éviter de se coucher sur sa table, prendre un stylo, etc. fait perdre beaucoup de temps au professeur et à la classe. Surtout quand l’élève en profite pour se livrer à une joute verbale –bon enfant, certes, mais déplacée- pour déterminer s’il est en faute ou non.

Ces derniers temps, les choses ont pris une ampleur nouvelle : à M. BARBU qui lui demandait, le croisant dans le couloir, de bien vouloir retirer son bonnet, conformément au règlement intérieur, Bachar a tout simplement répondu « non », s’est ensuite mis à le tutoyer, lui suggérant « d’aller régler ça dehors ». Quand une surveillante a ramené Bachar dans mon cours quelques minutes plus tard, il est parti, puisqu’il était hors de question qu’il s’asseye à la place que je lui indiquais. Deux jours plus tard, il a refusé de s’excuser, a refusé de m’accompagner chez Madame la Proviseure Adjointe, a « envoyé balader » l’assistante de direction, qui proposait de le faire patienter dans son bureau, en attendant Mme la Proviseure adjointe. Il est au-dessus des lois du lycée. Il peut se permettre de ronfler en cours sans être inquiété outre mesure, sauf à expliquer au professeur, qui aurait l’audace de le réveiller, que ce n’est pas le problème du professeur puisque ce n’est pas le professeur qui passe le bac.

Lundi 12/12, j’ai passé à la classe un film d’un auteur étudié actuellement en cours. Je me suis assise au fond, à côté de Bachar, qui m’a ostensiblement tourné le dos pendant plus d’une heure, afin de pianoter plus aisément sur son téléphone. J’avoue (oui, le prof peut avouer, il est coupable de ne pas tenir ses classes ) : j’ai laissé faire. Parce que, pendant que Bachar était occupé à échanger avec l’extérieur, il ne ronflait pas, ne discutait pas avec son voisin, bref, ne dérangeait pas outre mesure le cours. Et parce que je suis épuisée de parlementer avec un jeune homme qui ne fait rien de sa scolarité au lycée de Quatschàstein que s’amuser et bafouer l’autorité quand il en a l’occasion. J’ai été extrêmement patiente, extrêmement bienveillante avec Bachar pendant plus d’un an, mais ce n’est plus possible. Voici trente minutes, il a quitté le cours « pour aller voir la CPE », s’estimant offensé, j’imagine, par mes exigences. Pour résumer : si on est gentil avec lui, si on sourit poliment, si on ne s’offusque pas de ses facéties, il est courtois. Si on se permet d’être exigeant… On ne peut pas se permettre d’être exigeant avec Bachar. Le comportement délétère de Bachar El HASSAD a un effet déplorable sur la classe, en tout cas sur les élèves un peu « tangents », influençables.

Surtout, je suis contrainte de reconnaître que je suis incapable de mener mon cours dans ces conditions. Je n’ai pas assez d’énergie pour à la fois faire tout simplement mon travail et rappeler les règles de base à un jeune homme qui n’a pas envie de s’y plier.

Information faite aux parents le :Par :

  • Téléphone
  • Rencontre avec les parents
  • Mot dans le carnet

 

SUIVI VIE SCOLAIRE 

 

Entretien CPE : Oui- Non

 

Contact Parents : COURRIER – APPEL TELEPHONIQUE

 

Observations :

 

 

 

 

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par mariecandide
Charger d'autres écrits dans EDUCATION NATIONAÏE

Laisser un commentaire

Consulter aussi

POMPIER (GLOSSAIRE MARIECANDIDIEN)

    POMPIER : en Alsace, membre actif d’une milice non armée dont la fonct…