Accueil EDUCATION NATIONAÏE Félicité Rakoto a la gnaque

Félicité Rakoto a la gnaque

4
0
120
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Image de prévisualisation YouTube

Félicité Rakoto a seize ans. Elle a plaqué l’ île géante, sa grand-mère, son enfance, pour rejoindre sa mère, qu’elle connaissait peu, à Quatschàstein, voici un an et demi. Sur l’île géante, elle se confectionnait des épingles à cheveux avec les gousses de vanille entrelacées qu’elle chapardait à son aïeule, au retour de l’école, où elle apprenait les rudiments du français.

 

À Quatschàstein, ça rigole moins. Elle a intégré la classe de DIMA, en septembre, avec la ferme intention de quitter l’école le plus vite possible. Elle s’ennuie, sauf pendant les cours de cuisine où elle excelle. Elle veut commencer un apprentissage dans un restaurant. Justement, un restaurant, il y en a un qui l’a repérée, et qui l’accueille en stage. Le patron est enthousiaste : Félicité navigue dans les espaces du restaurant comme un poisson dans l’eau. Elle aime tout : servir à table, faire la vaisselle, passer la serpillière, plier joliment les serviettes, surveiller les oignons qui compotent. Elle ne rechigne jamais devant la tâche à accomplir, prend les devants, s’active sans qu’on le lui demande, petite abeille diligente qui fait son miel partout. Lors de son premier stage, en octobre, le patron a déclaré : « je l’embaucherais tout de suite si je pouvais, mais il faudra quand même qu’elle progresse en français ». Ben oui, voilà le hic. Marie-Candide, qui porte très haut le flambeau de la langue de Voltaire, en constatant chaque semaine à quel point les compétences durement acquises sont solubles dans les arcanes de l’emploi du temps-élève, ne peut que reprendre, en évitant de s’offusquer, une Félicité qui lui déclare, sans rire : «le stylo, i sont cassés», quand ce n’est pas «Madame, fout que je pisse ». Certes, on peut comprendre les réticences de l’hypothétique patron en se représentant une telle scène :

 

LA CLIENTE : -Pouvez-vous m’indiquer les toilettes, s’il vous plaît, Mademoiselle ?

FELICITE RAKOTO : -tou veux pisser ? C’est là-bas, à côté couisine.

 

Dans un métier où la dégustation est subordonnée à la communication, quand même, ça se pose là.

 

Jusqu’à hier, le destin de Félicité était hélas mitigé. Pas de progrès en français, pas d’apprentissage. Comme le savent ceux qui suivent, au lycée de Quatschàstein, cette année, il n’y a pas de sous pour les cours de Français Langue Etrangère. Subséquemment, pas de vacances à la neige pour Marie-Candide et sa progéniture, mais ça, c’est secondaire, vu ce qu’elle palpe en dessous-de-table pour fermer les yeux sur le traitement infligé aux stagiaires par les patrons peu scrupuleux.

 

Jusqu’à hier. Parce que, tout de même, quand ça va bien, on peut le souligner. La direction du lycée de Quatschàstein, enthousiasmée sans doute par le labeur de Marie-Candide, qui a transformé récemment deux petites réfugiées norvégiennes en parfaites touristes francophones, du moins suffisamment à l’aise pour énumérer sans trop d’erreurs les figures du dobble, a débloqué un certain nombre d’heures pour que Félicité apprenne à dire «  oui Madame, nous pouvons vous composer une pizza fraise des bois ail des ours, mais cela vous vaudra un supplément » plutôt que « tou veux la pizza laquelle elle est bonne toutes pareilles ? »

 

Marie-Candide, ce soir, déborde d’enthousiasme. Dans quelques minutes, après l’apéro, elle va passer un coup de fil au patron pour lui emprunter une carte des menus, afin de réaliser des simulations de commandes. Avec Félicité, elles vont éplucher la liste des alcools forts. Et bien rigoler en inventant des cocktails. Va falloir qu’il paye cher, après ça, le taulier, pour trouver une raison de décliner l’embauche.

  • 61wGC5IgzLL

    ON VOUS AVAIT PRÉVENUS

          Elles pourraient prendre la voiture et aller au cinéma. La petite et sa copine, tout…
  • maths sans frontière

    JOURNAL

      Aujourd’hui, au lycée du bonheur, les élèves de Seconde ont participé au conc…
  • double_arc-672x372

    AUTODAFÉ

    Au lycée de Quatschàstein, on ne rigole pas avec ce qui se dit et ne se dit pas.   Faudrai…
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par mariecandide
  • 61wGC5IgzLL

    ON VOUS AVAIT PRÉVENUS

          Elles pourraient prendre la voiture et aller au cinéma. La petite et sa copine, tout…
  • maths sans frontière

    JOURNAL

      Aujourd’hui, au lycée du bonheur, les élèves de Seconde ont participé au conc…
  • double_arc-672x372

    AUTODAFÉ

    Au lycée de Quatschàstein, on ne rigole pas avec ce qui se dit et ne se dit pas.   Faudrai…
Charger d'autres écrits dans EDUCATION NATIONAÏE

4 Commentaires

  1. mariecandide

    23 mars 2015 à 15 h 53 min

    Eh bonjour m’sieu Pim!
    Je connais un autre Pierre-Marie, mais lui, son surnom, c’est PeuMeu. Étonnant, non?
    Moi aussi, je trouve ce blog formidable. Depuis qu’on me l’a recommandé, j’y perds un temps fou. Merci bien en tout cas, je transmets le compliment.
    Et ça va comme ça la frime avec les coquetèles, moi aussi j’en bois des boissons d’adultes.
    Ce qui est bien maintenant que vous êtes passés Anne et toi, c’est qu’on va pouvoir faire un tarot. La crapette, c’est bien. Le tarot, c’est mieux.

    Répondre

  2. Pim San

    23 mars 2015 à 9 h 15 min

    Ah ah. Il m’a l’air formidable ce blog recommandé par ma copine Anne (Raze). On a parlé de toi hier au coquetaille Short Édition au salon du livre.
    Pierre-Marie Bernard (Pim San)

    Répondre

  3. 010446g

    12 février 2015 à 21 h 56 min

    La motivation suscite des progrès imprévus… Même pour les patrons!

    Bravo!!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Pour mon plaisir (?) et pour son bien...

    Répondre

    • mariecandide

      14 février 2015 à 8 h 26 min

      Espérons qu’elle ne parte pas avec l’eau de vaisselle. Ou avec les vacances, toutes proches.

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’HYPOCONDRE, CE POISSON MECONNU

hypocondrie (Larousse) nom féminin Définition Inquiétude permanente concernant la santé, l…